La quête du bonheur (ou Les groupes de parole II)

Lors des groupes de paroles, remplis de désespoir et de détresse, j’ai constaté que les problèmes mis sur le tapis, la plupart du temps, étaient en rapport avec le contraste entre notre vie de malade et celles des autres.

Tout le monde pense à la vie géniale qu’il aurait menée s’il n’avait pas été malade ou s’imagine que le bonheur n’est accessible que quand on arrive à mener le même type de vie que les autres. Ou, du moins, celle que l’on imagine qu’ils mènent..

Vu que j’ai une façon de voir les choses qui m’est propre, et qui me permet de relativiser, j’ai essayé de la partager.
Je n’ai pas la science infuse mais avoir plusieurs sons de cloche est toujours intéressant.

Ce raisonnement ne marche d’ailleurs pas que pour les personnes atteintes de schizophrénie, mais bien pour tout le monde :

 

4 Comments

  1. Thor
    12 mai 2017

    Bouclett3, tes dessins ont fait ma journée !

    Surtout ne t’arrête jamais de dessiner sur ce blog ! Il en va du futur de l’Humanité, Marty !

    …Nom de Zeus.

    Répondre
    1. Bouclette
      12 mai 2017

      Thor, ton commentaire gentil et à la référence génialissime a fait ma journée aussi !!
      Merci à toi d’exister !!

      Répondre
  2. Bip
    12 mai 2017

    J’adooore!

    Répondre
  3. Claude
    29 mai 2017

    Quelle sagesse !
    Merci!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *