Schizophrénie et fatigue.

Comme je vous l’ai déjà écrit, sur ce blog je parle de ma vie avec la maladie, sans filtre.

La maladie fatigue. Les médicaments fatiguent.

Et comme cela fluctue un peu, il y en a qui ont « leurs moments down », moi j’ai mes « journées horizontales ».

11 Comments

  1. Nadine Richard
    23 novembre 2021

    Bonjour,
    Quel plaisir de vous retrouver ! En vous lisant aujourd’hui, je touche du doigt ce que ressens mon fils dans ses jours horizontaux ( et il y en a .. )parfois il peut juste dormir encore et sauter le repas. L’épuisement qu’il décrit est difficile à ressentir pour l’entourage mais il suffit de le croire. Merci pour votre contribution à notre compréhension de ces troubles si complexes.

    Répondre
  2. Marion
    24 novembre 2021

    Coucou Bouclette ! Cool de te retrouver 🙂 prends soin de toi et vivent les BD !

    Répondre
    1. Bouclette
      24 novembre 2021

      Merci Marion 🙂

      Répondre
  3. s
    6 janvier 2022

    Merci boubou de nous faire exister à travers ton art cela fait quinze ans que je vis horizontalement et c ‘est le quotidien de tous ceux qui ont une maladie grave. As tu demandé une auxiliaire de vie ?

    Répondre
  4. s
    10 janvier 2022

    salut bouclette je t’écris j’ai passé une journée horizontale je profite de ces minutes de lever assis pour t’écrire, je suis happy que tu ne relais pas ce diktat du bonheur qu’on nous impose alors qu’on a pas le choix ya plus de gens en mauvaise santé que en bonne santé. Ceux qui nous impose sont toxiques meme si ce sont des parents ou amis voisins…..Sur la planète 95% ont une vie de merde et qui parle pour eux personne. Je dis pas qu’il faut être fier d’être malheureux mais faut pas en avoir honte c’est la VRAIE vie après tout moi je suis malheureux car jme lève à 11H jme couche à 21h avec medoc et qu’entre les 2 jpourris dans mon lit bref il y a l’enfer sur terre donc je remercie d’avoir un lit. Heureusement qu’on a 2 vies.

    Répondre
  5. s
    10 janvier 2022

    Le truc que tu comprends pas bouclette c’est que ta maladie c’est pas de ta faute, y’en a comme moi qui ont déclenché leur folie (ma faute) mais qui au lieu de se suicider paye les conséquences . Toi ta maladie c’est pas de ta faute.

    Répondre
  6. s
    26 janvier 2022

    Tu nous manque trop on t’aime bouclette.

    Répondre
  7. Alain DUCASS
    3 avril 2022

    Chère Bouclette,
    je découvre ton blog, un matin d’insomnie
    et il me réjouit.
    Alain

    Répondre
  8. Jules
    19 juillet 2022

    Chère Bouclette,
    Je n’avais rien compris à cette maladie avant de lire ton blog : tu fais oeuvre d’éducation populaire, c’est très précieux, tu as choisi le dessin et le rire, c’est très joyeux. A travers ton blog, on découvre la possibilité d’un art de vivre avec cette maladie qui est courageux, intense et obstiné : bravo, ça donne la pêche.
    Sans mensonge, sans faux-semblants, tu informes les gens sans les humilier, tu ouvres les yeux des « non-malades » sur un monde truffé de préjugés, et tes conseils sont vraiment précieux aux accompagnants.
    J’espère que tu pourras continuer, parce que tu as réussi à t’autoriser à vivre comme tu es, en te transformant toi-même par ton blog, et c’est un exemple réellement inspirant !
    Merci !

    Répondre
    1. Bouclette
      3 août 2022

      Bonjour,

      Je suis très touchée par votre gentil message, merci pour votre bienveillance et pour le temps que vous avez pris pour m’écrire!
      Cela me motive à continuer et à (un peu) moins douter de moi.

      Passez une bonne journée, je replonge dans mes planches à terminer!

      Bises

      Boubou

      Répondre
  9. S
    31 août 2022

    Merci ça me fait plaisir de te lire, je suis très isolé par la maladie, je ne parle à personne de la journée 364 jours par an donc ta bd me divertit.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.