Lien entre santé mentale et santé physique

J’ai au maximum 2h d’activité par jour.
Par activité je ne parle pas de sport mais bien d’aller traîner 2h dans l’hôpital de jour, ou de faire une lessive ou de m’occuper de Bouclette junior après la crèche. Mais c’est déjà de trop, j’ai chuté. Boum. Au milieu de la cuisine.
On aurait pu le voir venir avec ma dégaine de zombie, mais j’avoue que je pensais que ça s’arrangerait tout seul un jour.

Mon corps a dit STOP J’EN PEUX PLUS CIAO !

2 heures c’est trop. 2h d’efforts pour rester ici dans le réel, cumulées aux fuites d’énergie dues à ma « suractivité psychique », combinées à la diminution de mes rations de nourriture au fil des mois à cause de ma peur de mourir en mangeant. Sans parler de la nervosité continue.

Les clichés du toubib ne m’ont évidemment pas été épargnés, c’était pas cool… Mais on commence à en avoir l’habitude par ici.

Conclusion : Me voici donc avec 8 de tension, position horizontale obligatoire, à boire du coca et à tomber dès que je me lève.
SU-PAYR. (Hé ! je sépare les syllabes comme l’éducatrice du cattp :D)

 

 

7 Comments

  1. Nath
    11 avril 2017

    Souvent les patients sont bien mieux renseignés que les médecins sur leurs propres pathologies, mais faut pas l’dire, ça blesse l’ego de ces grands docteurs… /: Bon courage à toi!

    Nath

    Répondre
  2. Anne M
    13 avril 2017

    …le pays frontalier, c’est la Belgique ?
    Oui, notre ministre de la santé est particulièrement gratinée.

    Répondre
    1. Bouclette
      13 avril 2017

      Haha tu as raison mais je suis belge et je parlais de la France 😉

      Répondre
      1. Anne M
        24 avril 2017

        …Ah oui ! (…Soit t’as édité ton post, soit j’étais particulièrement à coté de mes pompes quand je l’ai lu. « Madame Le Stylo », ça a pas fait « tilt ».)

        Sinon, ton docteur; il est au courant que tu souffre de schizophrénie ? Parce que décréter comme ça que t’en as pas besoin « parce que c’est pour les schizo et les bipolaires », heuuuuuuu…
        Pis même, c’est bizarre comme discours ; c’est comme dire « l’aspirine, c’est pour les maux de tête, vous n’avez pas mal à la tête, donc vous ne devez pas en prendre ! » à une personne qui devrait prendre des anticoagulants pour éviter un autre infarctus.

        Répondre
        1. Bouclette
          25 avril 2017

          J’avais édité le post après ton commentaire pour éviter qu’on me méprenne pour une frenchie 😉

          Le doc, il me voit deux fois par an et estime que je ne suis pas malade. Je suis trop propre sur moi, je ne correponds pas à une caricature. Même dans le corps médical les clichés sévissent, c’est à devenir dinguedongue.

          Répondre
          1. Anne M
            26 avril 2017

            -___-;

            Ah ben ouais, c’est littéralement à devenir dingue, si le généraliste vu deux fois l’an décide de son propre chef que le diagnostic d’un autre médecin spécialiste, c’est de la merde et ne tient pas compte ou modifie les prescriptions de celui-ci.

            On imagine bien le dégat d’un dentiste qui déclare à sa patiente « Chimiothérapie, mon cul oui ! Vous avez pas du tout la tronche d’une cancereuse, allez zou, prenez du fluor et ça ira mieux » ou le psychiatre balancer « Vous n’avez pas besoin d’une dialyse, madame, vous avez besoin d’une analyse pour comprendre d’où vient cette étrange obsession à propos de vos reins qui fonctionnent parfaitement… »

          2. Bouclette
            26 avril 2017

            Et bien Anne tu as tout à fait cerné le problème.
            N’ayant pas « la tête de l’emploi », car les clichés font fureur, on ne me prend jamais au sérieux, ou on me prend pour une mythomane. Ça n’aide pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *