Petit guide de survie : faire face au rejet

Le rejet familial n’est pas qu’une sombre légende.
Je ne vis pas dans une ‘famille du bonheur’ dans laquelle règne compréhension et entre-aide.
C’est toujours l’âge de pierre. « Grouf elle être différente grouf, nous rejeter ça et nous rester entre gens normaux et faire du feu ».

Et vous n’aimeriez pas qu’on vous le fasse, pas vrai ?

Donc s’il vous plait, ne soyez pas le cro-magnon d’un autre malade : invitez ! Cotoyez ! Téléphonez ! Contactez comme vous le pouvez mais surtout, ne rejetez pas !!







11 Comments

  1. midnight
    30 octobre 2017

    Merci pour ce chouette instant BD que tu nous offres 🙂
    Courage !

    🙂

    Répondre
  2. woestyn
    30 octobre 2017

    j adore…a chaque fois tu me fais du bien. Je me sens moins seule…

    Répondre
    1. Bouclette
      30 octobre 2017

      Ça en fait au moins une que j’aide un peu 🙂
      Mais non tu n’es pas seule !!!!
      Courage, t’es une guerrière tu vas gérer !!!

      Répondre
  3. Amandine
    30 octobre 2017

    Bien dit Bouclette! Je trouve que ça fait écho à ce que je t’avais dit! Moi aussi j’adore tes textes et BD, je trouve que c’est clair, limpide, c’est bien écrit!!
    Bonne continuation et au plaisir!
    Gros bisous.
    Amandine.

    Répondre
    1. Bouclette
      30 octobre 2017

      Oui Amandine, ton histoire n’est pas un cas isolé, nous sommes nombreux à passer par là donc j’ai décidé d’en faire une bd !

      Répondre
  4. AML
    30 octobre 2017

    Je suis maman d’un jeune homme qui a la même maladie que vous. Nous essayons d’être le plus aidants possible et ce que vous dites nous encourage à continuer et même à faire mieux.

    Répondre
  5. Isabelle
    30 octobre 2017

    Merci Bouclette pour ce beau message 🙂
    Même si je ne bois pas de café, je me sens moins seule 😉
    Bises

    Répondre
  6. Copper Lebrun
    1 novembre 2017

    Oui… une famille de jambon et Saucerre c’est mieux qu’une famille de gros-mignons.

    (voici ma dernière pensée philosophique)

    Répondre
  7. dir
    4 novembre 2017

    salu
    super de faire passer le mot, j’espère vraiment qu’il n y aura plus un jour aucun souci de communication entre les patients et leur entourage, plus aucun souci entre les gens tout court; cela fait tant d’échos aussi à l’entourage qui peut se sentir rejeté par les patients, car les patients se sentent coupables de leur silence ou de leur violence envers les proches.

    Répondre
  8. Tiphaine
    16 novembre 2017

    Je vous aime Bouclette !

    Répondre
  9. Claude Delorieux
    16 novembre 2017

    Mais oui, il y a la famille dans laquelle on naît, qu’on n’a pas choisi, et dont on peut choisir de s’éloigner … et celle qu’on se créée … au fil du temps… Et puis, tout n’est pas ou blanc ou noir, ni même gris, dans la famille imposée, il y a aussi des personnes cool, et dans celle qu’on se constitue, des éclats et des tensions parfois … c’est la vie ! Se sentir rejeté , c’est une grande souffrance, et quand on devient de plus en plus capable de s’aimer soi-même, les situations de rejet se font plus rares … ou moins impactantes … on prend davantage de recul !!! Merci pour tes partages, j’adore te lire !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *