Lien entre santé mentale et santé physique

J’ai au maximum 2h d’activité par jour.
Par activité je ne parle pas de sport mais bien d’aller traîner 2h dans l’hôpital de jour, ou de faire une lessive ou de m’occuper de Bouclette junior après la crèche. Mais c’est déjà de trop, j’ai chuté. Boum. Au milieu de la cuisine.
On aurait pu le voir venir avec ma dégaine de zombie, mais j’avoue que je pensais que ça s’arrangerait tout seul un jour.

Mon corps a dit STOP J’EN PEUX PLUS CIAO !

2 heures c’est trop. 2h d’efforts pour rester ici dans le réel, cumulées aux fuites d’énergie dues à ma « suractivité psychique », combinées à la diminution de mes rations de nourriture au fil des mois à cause de ma peur de mourir en mangeant. Sans parler de la nervosité continue.

Les clichés du toubib ne m’ont évidemment pas été épargnés, c’était pas cool… Mais on commence à en avoir l’habitude par ici.

Conclusion : Me voici donc avec 8 de tension, position horizontale obligatoire, à boire du coca et à tomber dès que je me lève.
SU-PAYR. (Hé ! je sépare les syllabes comme l’éducatrice du cattp :D)

 

 

La psychologue #2

Quand on me dit que je suis un cas « super grave », au lieu d’entendre un « je compatis, chère patiente » j’entends « c’est plus grave que ce que tu imagines, ton comportement zen n’est pas adéquat. »
et ça me fait -presque- perdre pied et douter de moi.

Bon évidemment, par la force du café, de Merlin et Xena ainsi que de mes bains pleins de mousse, mes idées rentrent bien vite en place et tout baigne (Surtout dans le bain, hohoho).
Mais j’avoue qu’au début ça me tire vers le bas, « je serais donc un cas grave » .Aie. Ça fait mal quand même.
Je pense que même si j’ai la chance d’arriver à remonter la pente face à une telle remarque, d’autres, moins vernis, risquent de tomber dans une sale spirale.
Une minute de silence pour tous les autres malades à qui elle aura dit la même chose.

Je ne me trouve pas dans une situation grave. Même si encore une fois tout est relatif.
Tout ce que je sais c’est que je ne vais pas mourir, je suis assez contente de ma vie et de pouvoir contempler toutes sortes de choses.
La contemplation et l’imagination à elles-seules justifient pourquoi il m’est intéressant de vivre, même malade et isolée chez moi.

La psy je ne lui en veux pas, sa légèreté maladroite semble être sa marque de fabrique.
Pour avoir un discours pareil, elle doit sûrement comparer sa vie de salariée avec la mienne et se dire « Je serais désemparée, si ça m’arrivait ». Je ne vois que ça.

Toutefois, si les consultations n’avaient pas été gratuites, je me serais sûrement montrée moins indulgente face aux claques que je me ramasse.

 

 

Tanana-nana.

J’ai reçu un mail d’une personne qui m’a dit que je lui faisais penser à Daria.
Ça m’a fait rire, mais y’a de ça finalement, sauf que je n’ai pas de soeur princesse !
.. Et me voici partie pour tous me les refaire! C’est obligé.

Merci cher inconnu! Du soleil, des Daria, mon quotidien s’en verra pimpé, et pas par Xzibit ! 😉

Remarque, dans la lignée Mtv, je n’aurais pas mal pris d’être comparée a Butthead non plus.
– « We’re gonna score huh huhu hu hu. » – j’dis ça, j’dis rien.