« Faut se forcer »..à surveiller ses mots !

Je fais déjà ce que je peux au quotidien, même si ce n’est pas beaucoup aux yeux des autres. Et quand on me sous entend que je ne fais aucun effort, je suis blessée.

Vous n’imaginez pas à quel point chaque geste de la vie courante nous est difficile et coûteux en énergie.

A tous les parents, amis, compagnons et autres proches de personnes souffrant de schizophrénie : s’il vous plaît, surveillez vos mots et surtout, informez-vous.

La mer(d)e

Parfois je m’interroge sur l’utilité de ce blog.

Prenez par exemple ma mère.
Elle m’a conduite de psychiatre en psychiatre depuis 15 ans, elle a assisté à mes différentes crises et se chargeait elle-même de chercher mes neuroleptiques a la pharmacie.

Elle devrait être en première ligne pour comprendre que je suis malade. 

Et bien non, cette personne qui me voit ensevelie dans la spirale infernale de la psychiatrie depuis autant d’années est assez bornée pour estimer que si j’ai 2 bras et 2 jambes fonctionnels, je ne suis pas invalide, je suis paresseuse. 

Alors si même ma propre mère ne peut pas se le fourrer dans le crâne, comment est-ce que des lecteurs qui tomberaient par hasard sur mon blog pourraient réussir à piger le truc en quelques articles ?

J’avoue ne pas savoir si ça servira vraiment à quelqu’un.

Chérie j’ai rétréci Boris !

Sur ce blog j’aimerais aussi partager les choses qui m’aident à me sentir mieux.
Cette façon de faire que j’ai trouvée est accessible à tous, pas uniquement aux malades 🙂

Ma schizophrénie semble de + en + petite et prendre moins de place dans ma vie quand les bonnes tournures de phrases sont utilisées. Oui oui, j’vous assure !
Il n’aura pas fallu qu’une balle de Baseball casse une vitre pour enclencher la crapuleuse machine de Rick Moranis mais on n’en est pas loin.
Ça m’aide à moins penser « maladie » donc c’est tout benef’ !


BONUS :

Combattre les clichés sur la schizophrénie

Un petit projet sur lequel je planche depuis quelques temps.
Car j’en ai marre de bouffer du prejugé à tous les repas uniquement à cause du manque d’informations que la population reçoit.

En sachant que les médias utilisent le terme ‘schizophrénie’ à tort et à travers pour parler politique et que dans les films les tueurs fous sont EVIDEMMENT schizophrènes.
Jamais diabétiques, jamais autistes, non non, toujours les méchants schizophrènes uuUuUuh.

Servez vous un petit café, parcourez mes bd et chassez les idées reçues, zou !